image

L’interfel propose un plan d’actions pour la filière en 21 points

Pour répondre aux conséquences de la crise sanitaire, l’Interfel a transmis au Président de la République un plan de relance de la filière fruits et légumes avec 21 propositions. Une démarche qui vient en complément du plan stratégique élaboré en 2018.

Selon l’Interfel, « Cette crise a montré la capacité d’adaptation et d’organisation de la filière, en bref sa résilience afin de maintenir son potentiel de production, de commercialisation et de consommation. Cependant, elle a aussi mis en évidence des fragilités en termes de chaines d’approvisionnement des intrants, au sens large, et de main d’œuvre disponible. »

Afin d’anticiper une éventuelle future crise et face au recul de la production, ce plan d’actions vise à renforcer les mesures déjà prises par la filière fruits et légumes pour répondre « aux différents enjeux environnementaux, d’accessibilité et d’augmentation de la consommation ainsi que de durabilité économique de la filière. »

Pour rendre opérationnelles ces actions, l’Interfel en appelle au soutien des pouvoirs publics, aussi bien financièrement qu’au niveau de la réglementation.

7 thèmes, 21 propositions

Ces 21 propositions d’actions se répartissent dans 7 grandes thématiques.

  • image

    Concertation avec les pouvoirs publics

    1. Renforcer le dialogue avec l’État et l’Europe

    2. Harmoniser les règles fiscales, sociales et environnementales aux niveaux UE et international

    3. Revoir les procédures d’appels d’offres publics pour les fruits et légumes frais en restauration collective

  • image

    Coopération intra-filière

    Proposition n°4 : Disposer de capacités renforcées pour agir collectivement

    Proposition n°5 : Renforcer la connaissance des marchés

    Proposition n°6 : Coopérer en régions

  • image

    Fruits et légumes frais, facteur de plaisir et enjeu de santé publique

    Proposition n°7 : Favoriser une « culture » F&L auprès des enfants

    Proposition n°8 : Rendre accessible à tous la consommation de F&L 

  • image

    Attractivité des métiers

    Proposition n°9 : (re)valoriser les métiers de la filière

    Proposition n°10 : Renforcer l’attractivité des métiers de la filière

    Proposition n°11 : Attirer et fidéliser les saisonniers

  • image

    Une filière pleinement engagée dans la transition écologique

    Proposition n°12 : Être au fait de l’évolution économique et sociétale

    Proposition n°13 : Être acteur des emballages de demain

    Proposition n°14 : Aider les acteurs de la filière à mieux valoriser leurs efforts en matière de réduction de l’impact de leur activité sur l’environnement

    Proposition n°15 : Rendre l’offre en F&L plus lisible

    Proposition n°16 : Trouver un juste équilibre entre production nationale et importée/introduite afin de satisfaire le consommateur dans son acte d’achat

  • image

    Innovation, R&D et digitalisation

    Proposition n°17 : Financer la recherche-expérimentation

    Proposition n°18 : Rendre la recherche et l’expérimentation accessible à tous

    Proposition n°19 : Adapter les variétés et des systèmes de production pour répondre aux enjeux des changements en particulier climatiques

    Proposition n°20 : Robotiser et digitaliser la filière

  • image

    International

    Proposition n°21 : Reconquérir nos parts de marché à l’international

Le secteur fruits et légumes également soutenu au niveau de l’Union européenne

Depuis le début de la pandémie, la Commission européenne a adopté une série de mesures exceptionnelles afin de soutenir les producteurs de fruits et légumes face aux impacts négatifs de la crise. Selon un communiqué de l’ARFLH (Assemblée des Régions Fruitières Légumières et Horticoles), l’une des dernières en date du 7 juillet a permis l’augmentation de la contribution de l'UE pour les programmes gérés par les organisations de producteurs. Celle-ci passe ainsi de 50% à 70%, l’objectif étant de leur apporter plus de souplesse dans la mise en œuvre de ces programmes.